La Tunisie dans la musique occidentale

Nombreuses sont les villes du monde qui suscitent l’admiration et la curiosité et figurent parmi les thèmes de prédilection des musiciens les plus réputés.

Dans ce répertoire, les mélodies et les paroles exaltent les impressions de joie de vivre, de romantisme et de sérénité ressentis dans les rues et les places de Paris, Venise, New York ou encore Vienne.

Des chanteurs et des compositeurs de différents pays européens et américain ont été inspirés par des épisodes marquants de l’histoire de la Tunisie et la douceur que dégagent ses endroits mythiques.

À partir de la Renaissance jusqu’aujourd’hui

Dans la vidéo suivante, l’opéra de Rouen interprète l’opéra baroque Dido and Æneas (Didon et Énée), créé par le compositeur anglais Henry Purcell au printemps 1689. L’œuvre, en trois actes, raconte l’histoire d’amour entre la reine Didon, qui a fondé Carthage en 814 av- J. –C., et Énée, le prince de Troie. Cette tragédie est le récit antique du Chant IV de l’Énéide, l’épopée du poète latin Virgile (né vers 70 av. J.-C.).

Pour rester dans le sujet de Carthage, notre deuxième œuvre est une chanson du groupe Christian Fitness, formé par le chanteur anglais Andrew Falkous. Le morceau intitulé « Carthage Must Be Destroyed » explore la locution latine « Delenda Carthago » (Il faut détruire Carthage !), attribuée à l’homme politique romain Caton l’Ancien (né en 234 av. J.-C.). L’artiste a converti la brutalité de cette formule, qui réfère à la troisième phase de destruction de Carthage par les Romains, en paroles et en sons punk cyniques.

Nous passons à un registre jazz orientalisé. “A night in Tunisia”, est composée en 1942 par Dizzy Gillespie, et chantée d’abord par Miles Davis et puis par Ella Fitzgerald. Les paroles décrivent la splendeur de la nuit au désert tunisien et sont une hymne au mouvement contre la ségrégation des Afro-Américains. L’article « A Night in Tunisia: story of a song » présente le rapport entre cette œuvre et les soldats américains noirs qui ont combattu les Allemands au Maghreb pendant la seconde guerre mondiale.

Et enfin la musique nostalgique du « Café des Délices » de Patrick Bruel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :